Aller au contenu principal
® Sandrine Villain
Publié le 11/12/2016 , HESAM Université, Chercheurs

Cette semaine, focus sur Marlène DAMIDAUX, doctorante à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, financée par HESAM Université et son programme Paris Nouveaux Mondes.

Marlène DAMIDAUX, qui êtes-vous ?

Je suis doctorante à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, où je travaille sous la direction du Professeur Marie-Anne Cohendet. Mon sujet est Le Droit constitutionnel à l’environnement devant le juge constitutionnel : étude comparative entre la France et quelques pays d’Amérique latine. Je suis depuis 2014 titulaire d’un contrat doctoral Paris Nouveaux Mondes d’HESAM Université.

Quel est votre projet de recherche ?

Mon sujet est né après avoir étudié au Costa Rica et effectué un stage auprès de la Salle constitutionnelle de ce pays. Les enjeux environnementaux bénéficient d’une prise en compte particulière sur le plan juridique. Dans une continuité, il m’apparaissait important de mieux comprendre comment le juge constitutionnel français prenait en compte ce droit qui n’est apparu que très récemment dans la Constitution. Le droit comparé apporte des éclairages, la mise en commun d’expériences et une meilleure compréhension des enjeux qui sont en train de se jouer. Sur la scène médiatique, une prise de conscience existe, la COP 21 qui vient de s’achever à Paris en est le signe. Mais est-ce que, sur le plan juridique, cette prise de conscience est réelle ? Est-ce que les expériences mutuelles de la France et de différents pays d’Amérique latine peuvent apporter des réponses ?

A quel stade de développement en êtes-vous ?

Après avoir établi un récapitulatif de l’ensemble des décisions françaises (Conseil d’Etat, Cour de cassation et Conseil constitutionnel) sur les questions environnementales, lu la plus grande partie de la bibliographie et avoir fait une ébauche d’introduction, je suis en pleine élaboration d’un plan détaillé.

Que vous a apporté votre collaboration avec HESAM Université ?

HeSam université permettait le financement d’un projet de thèse tourné vers l’international, ce qui correspond totalement à mon projet. J’ai apprécié aussi le champ très large des domaines auxquels s’intéresse la ComUE et ainsi pouvant accompagner des recherches extrajuridiques qui accompagnent mon sujet de thèse (Sociologie, géographie, histoire, anthropologie…)
HeSam me permet d’accomplir mon projet dans les meilleures conditions possibles. En effet, pouvoir accomplir de telles recherches dans un cadre financier stable permet de se concentrer pleinement sur ses travaux.

Vos ambitions suite à ce projet ?

Mes ambitions suite à ce projet ne sont pas encore clairement définies, cela dépendra pour beaucoup de la qualité de ma thèse et de l’éventualité d’une qualification.