Aller au contenu principal
hesam
Publié le 18/03/2016 , HESAM Université, Chercheurs

Cette semaine, focus sur Loïc VAUZELLE, doctorant à l'EPHE, financé par HESAM Université et son programme Paris Nouveaux Mondes.

Loïc VAUZELLE, qui êtes-vous ?

Je suis doctorant à l’EPHE laboratoire GSRL (Groupe Sociétés, Religions, Laïcités). Je travaille sur les Parures et attributs des divinités dans le Mexique central aux XVe et XVIe siècles, sous la direction de Mme Sylvie Peperstraete. Je suis titulaire, depuis 2012, d’un contrat doctoral HESAM Université « Paris Nouveaux Mondes ».

Quel est votre projet de recherche ?

Mon projet de recherche se propose d’étudier les ornements des divinités aztèques non pas en les considérant comme de simples éléments permettant d’identifier les dieux, comme ce fut longtemps le cas, mais en les considérant comme le cadre d’un langage visuel qui révèlerait « l’essence » de chaque dieu. Ce travail s’attache à montrer de manière systématique que la parure forme le teotl (mot nahuatl traduit par « dieu ») et que chaque ornement et élément naturel possède une ou plusieurs significations particulières dans le système de pensée aztèque. La parure est donc une construction qui véhicule des messages. Cela conduit à s’interroger sur le rapport entre ce langage visuel non verbal et le système de communication graphique aztèque, par exemple utilisé dans les manuscrits pictographiques, et à décrypter les significations transmises par les personnages qui composent ce système.
Ce travail de thèse en est à la phase de rédaction.

Que vous a apporté votre collaboration avec HESAM Université ?

Ce sujet de thèse, plutôt atypique, nécessitait une ouverture disciplinaire, étant donné qu’il se situe à la croisée de différentes approches : une approche avant tout historique, mais aussi philologique, ethnoarchéologique et iconographique, nécessaires pour étudier le système de pensée aztèque. Le sujet semblait trouver une place au sein d’HESAM Université et répondre aux critères de sélection des contrats doctoraux proposés. De plus, un tel sujet nécessitait une formation particulière dans plusieurs disciplines qu’HESAM Université pouvait apporter.

La ComUE HESAM Université a apporté à ce projet de recherche des collaborations scientifiques très enrichissantes ; des moyens financiers permettant de se concentrer pleinement sur le travail de recherche et contribuer à la diffusion de l’information scientifique ; enfin, des moyens matériels, notamment des lieux de travail qui sont également des lieux de rencontre et de dialogue avec les enseignants-chercheurs et les équipes de recherche, mais encore des lieux de professionnalisation qui proposent un vaste choix de séminaires, très formateurs et passionnants.

Vos ambitions suite à ce projet ?

A la suite de ce travail de recherche, mon projet est de devenir enseignant-chercheur en Histoire précolombienne, notamment de l’Amérique du Nord, et d’enseigner également le nahuatl, langue des Aztèques, qui est toujours parlée actuellement au Mexique.