Aller au contenu principal
hesam
Publié le 11/03/2016 , HESAM Université, Chercheurs

Cette semaine, focus sur Angélique PALLE, doctorante à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, financée par HESAM Université et son programme Paris Nouveaux Mondes.

Angélique PALLE, qui êtes-vous ?

Je suis inscrite en doctorat de géographie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (UMG Prodig), où je travaille sur La régionalisation de l’espace énergétique européen, sous la direction du Pr. Yann Richard. Je bénéficie depuis 2012 d’un contrat doctoral Paris Nouveaux Mondes d’HESAM Université.

Quel est votre projet de recherche ?

Il s’agit d’étudier comment l’Union européenne, dans le cadre d’une double dynamique d’intégration régionale à l’échelle européenne et de transition énergétique, est en train de passer de réseaux et de marchés de l’énergie nationaux à un autre type d’espace, qui n’est pas encore un grand marché ou un grand réseau intégré d’envergure européenne pour l’instant. Cela soulève beaucoup de questions concernant les échelles de gouvernance, de coopération technique ou politique ou encore la sécurité d’approvisionnement.

A quel stade de développement en êtes-vous ?

Je suis en fin de thèse. Après trois ans de recherches au sein de mon laboratoire et grâce à des collaborations avec d’autres institutions comme l’Oxford Institute for Energy Studies, l’un des laboratoires de l’université d’Oxford, ou l’Institut pour l’énergie et les transports du Centre commun de recherches de l’Union européenne, qui m’ont aidée à murir et développer ce projet, j’aborde la rédaction des derniers chapitres.

Que vous a apporté votre collaboration avec HESAM Université ?

J’ai une formation de géographe et ma thèse s’inscrit dans le cadre de l’Ecole doctorale de géographie de Paris, mais c’est un projet qui demandait l’apport d’autres disciplines comme l’économie ou l’histoire. Je me suis tournée vers HESAM Université parce qu’elle favorise les travaux interdisciplinaires.
Avec mon contrat doctoral j’ai pu me consacrer pleinement à mes recherches, garder une indépendance dans le choix et les orientations de mon sujet et réaliser ce projet dans les meilleurs délais. La ComUE m’a aussi permis de monter des collaborations scientifiques et notamment de rejoindre ponctuellement d’autres équipes en Europe qui m’ont permis d’avancer dans mes recherches.

Vos ambitions suite à ce projet ?

L’énergie est un domaine dans lequel les évolutions sont rapides et les défis nombreux à la fois pour le présent et pour l’avenir. La recherche a beaucoup à y apporter. Obtenir de la donnée, mais aussi valoriser et enrichir ses travaux demande de collaborer et d’échanger avec les nombreux acteurs du secteur (ONG, entreprises, régulateurs, institutions européennes etc.).