Aller au contenu principal

Projet d'innovation interdisciplinaire « Les nouveaux métiers à l’heure de la transition énergétique » UFE

ufe
Publié le 10/12/2019 , HESAM Université, Centre Michel Serres, Nos réalisations

« Les nouveaux métiers à l’heure de la transition énergétique » commandité par trois majors du secteur de l’énergie (Dalkia du Groupe EDF, Engie, Enedis) et deux fédérations professionnelles (Fedene et UFE).

Le contexte de la demande

L’énergie est au coeur des enjeux des transitions écologiques et digitales. Trois entreprises majors du secteur (Dalkia du Groupe EDF, Engie, Enedis) et deux fédérations professionnelles (Fedene et UFE) sont confrontées aux mêmes enjeux de recrutement et de gestion de compétences de profils de techniciens. Bien que référentes dans le secteur, elles se heurtent aux mêmes difficultés d’attractivité de certains emplois (dont les techniciens de maintenance et d’exploitation mais également des métiers du numérique).

C’est donc ensemble qu’elles ont décidé, dans le cadre plus global du Conseil Stratégique de Filière Industries des Nouveaux Systèmes Energétiques, de travailler sur la perception de leur image et de leurs métiers, de leur mode de recrutement et de sourcing (auprès de quels profils et de quelles formations recruter). Les travaux menés seront valorisés auprès des entreprises de la filière énergie et viendront alimenter l’Edec de la filière électrique mené en lien avec le Ministère du travail.

Le défi et les questions posées

Nous assistons à une évolution du mix énergétique et des modes de production, des ruptures technologiques (fort développement du digital, performance des installations), de nouvelles attentes des consommateurs (particuliers, industriels et collectivités) sans oublier bien évidemment les enjeux climatiques qui conduisent à revoir les modes de production et de consommation.

Tous ces évolutions ont des conséquences directes pour les entreprises du secteur de l’énergie et leurs métiers qui se transforment. Entreprises d’excellence avec des emplois qualifiés et durables, elles sont confrontées à des enjeux majeurs de gestion de l’emploi et des compétences : attractivité, reconversions, gestion des passerelles professionnelles. La compétence est également plus que jamais un enjeu différentiel et concurrentiel. 

Les métiers actuels, pour s’adapter à ce nouveau contexte, vont devoir évoluer et peut-être verrons-nous aussi, en plus du numérique, le développement de nouveaux métiers mettant en avant des compétences plus orientées vers une sorte de médiation avec les usagers ; diagnostiqueur, accompagnement de l’usager dans ses choix, coaching pour la transformation…

Le projet vise ainsi la valorisation et l’attractivité des métiers de la filière « Nouveaux systèmes énergétiques » en questionnant :

  • Les besoins de nouvelles technicités autour des enjeux sur le management de l’énergie (distribution, consommation, stockage…),
  • Les imaginaires à construire concernant les métiers de l’énergie, leur représentation et description (en prenant des exemples précis dont ceux de technicien de maintenance et d’exploitation…),
  • L’identification des viviers et / ou profils ainsi que les passerelles avec d’autres métiers et / ou formations.

Les principaux objectifs

Identification du contenu des métiers de l’énergie et de leur évolution au regard des révolutions technologique et climatique :

- Quelles sont les activités exercées par les techniciens ?

- Quelles nouvelles compétences sont attendues ?

- Comment les révolutions digitale et écologique transforment-t-elles les métiers de l’énergie ?

Identification des freins et des obstacles à l’attractivité des métiers techniques de l’énergie :

- Comment sont perçus les métiers de l’énergie (représentations) ?

- Quelle influence ont les pouvoirs publics et les prescripteurs (école, famille), sur le choix de s’orienter ou non vers les métiers de l’énergie ?

- Quels pourraient-être les autres obstacles à l’attractivité de ces métiers ?

Proposition d’actions concrètes permettant de renouveler les représentations autour des métiers techniques de l’énergie et d’en améliorer l’attractivité :

- Quels imaginaires créer pour attirer les publics visés ? Quels outils privilégier ?

- Quelles pratiques RH s’agit-il de requestionner, notamment au niveau du recrutement (profil et formation requise) ?

Déroulement de l’étude

Afin d’apporter des réponses à ces questions, les étapes envisagées pour ce projet, qui constituent un premier cadrage, sont les suivantes :

  • Étape n°1 : Immersion et étude de terrain – compréhension des enjeux et des métiers actuels,
  • Étape n°2 : Proposition de nouveaux imaginaires autour des métiers de l’énergie,
  • Étape n°3 : Définition des actions concrètes à mener pour changer ces représentations / lever les autres freins existants en développant des scénarios d’usage mettant en scène ces nouveaux métiers et précisant des logiques de formation,
  • Étape n°4 : Réalisation des livrables (scénarisation à l’aide de personae susceptibles de faire ensuite l’objet de vidéos, BD…).

Les disciplines retenues pour ce projet

Le projet d’innovation « Les nouveaux métiers à l’heure de la transition énergétique » se déroulera dans le cadre d’un Semestre Michel Serres avec une équipe d’environ 8 étudiants et un pilotage d’experts (Design, Travail/Formation…) du Centre Michel Serres.

Du fait de la diversité des sujets abordés lors du projet, un grand nombre de disciplines pourra être mobilisé sur le projet : design, ingénierie, sociologie, psychologie, philosophie, management, information et communication

Dans le cadre d’un Semestre Michel Serres (SeMS)

Le projet d’innovation « Les nouveaux métiers à l’heure de la transition énergétique » se déroule dans le cadre d’un semestre Michel Serres. Ce dernier comprend deux éléments pédagogiques principaux que sont le projet d’innovation et le projet de connaissances.

Ainsi les étudiants retenus sur le projet constitueront une équipe pluridisciplinaire, encadrée par un chef de projet entouré d’une équipe associée d’enseignantschercheurs multidisciplinaire. Ils travaillent en liens étroits avec le commanditaire du projet d’innovation.

  • Ils consacreront une partie (3 jours par semaine) de leur semestre à l’étude de la demande de l’UFE,
  • En parallèle (2 jours par semaine), chaque étudiant déploiera un « projet de connaissances » constitué d’enseignements et d’un mini-projet au sein d’un groupe de 2 à 4 étudiants.

L’ensemble du semestre est validé par la remise d’un certificat du Centre Michel Serres représentant une valeur de 30 crédits ECTS.