21 novembre 2013

Projet d’innovation « Estuaire(s) à venir »

Dans le cadre du semestre de préfiguration du Centre Michel Serres, le projet "Estuaire(s) à venir" a permis à douze étudiants de travailler sur l’aménagement des estuaires.

Le projet en quelques mots

Les estuaires sont des écosystèmes à la fois fragiles et stratégiques. Celui de la Seine, débouché naturel de grandes régions (notamment Ile de France et « deux » Normandie), doit faire face à de nombreux défis : hydrologique, écologique, économique (industrie, transports, tourisme,…), social, culturel, patrimonial, etc.

L’association « Estuaire de la Seine, territoire de l’eau », basée à Deauville, et regroupant des collectivités territoriales et diverses institutions publiques et associatives, a sollicité le Centre Michel Serres comme « laboratoire d’idées » pour mener une réflexion sur la question du réchauffement climatique et de ses effets locaux et régionaux.

Cette réflexion a été élaborée en lien avec des acteurs de l’estuaire (usagers, décideurs, experts).

Le groupe « Estuaire(s) à venir »

Autour de ce projet, le Centre Michel Serres a regroupé douze étudiants, chacun venu d’un des établissements de heSam Université. Designers, aménageurs-géographes, historien, hydrologues, informaticien-cogniticien, ingénieurs, économistes, tous ont apporté leurs compétences et savoir-faire dans ce projet, et ce, afin de proposer une réponse pluridisciplinaire à l’association normande. Ce groupe était encadré par Jean Debrie (géographe) pendant un semestre Michel Serres.

Quand ?

Le projet « Estuaire(s) à venir » s’est tenu de février à juillet 2013.

>> La production des étudiants

Imprimer