3 mai 2018

Présentation de l’équipe – Préfiguration de la cité de l’Economie Créative et de l’Ingénierie Numérique

Le projet d'innovation « Préfiguration de la cité de l’Economie Créative et de l’Ingénierie Numérique », porté par la communauté d’agglomération « Le Grand Chalon », est mené au Centre Michel Serres dans le cadre du semestre 11 qui se déroule de février à juillet 2018. A mi-parcours, nos étudiants reviennent sur leur projet d’innovation.

Nous travaillons pour le Centre Michel Serres qui cherche à apporter des réponses innovantes aux défis contemporains. Le Centre mise sur l’interdisciplinarité de son équipe afin de conduire des projets d’innovation pertinents et de répondre aux commandes d’entreprises privées ou d’institutions publiques. Notre groupe d’étude rassemble donc des architectes (ENSA-PLV), un ingénieur (Arts et Métiers – ENSAM), un urbaniste (ENS – Ulm), ainsi que des étudiants en Sciences économiques et sociales (Paris I Panthéon-Sorbonne, IEP Grenoble, IESA). Notre équipe au profil pluridisciplinaire a donc souhaité répondre à la mission de « Préfiguration de la Cité de l’Économie créative et de l’Ingénierie numérique » portée par la communauté d’agglomération du Grand Chalon.

Au côté d’Antoine Beer, encadrant et designer industriel, ainsi que Philippe Durance, chercheur en prospective territoriale, notre étude croise les champs de l’innovation et de l’aménagement et fait de l’économie créative un levier du développement du territoire. Elle vise donc à établir des recommandations stratégiques à l’assistance à maîtrise d’ouvrage de ce nouvel équipement de la région Bourgogne Franche-Comté. S’inscrivant dans une stratégie de développement économique de l’intercommunalité, cette Cité du numérique a pour but de mutualiser les forces vives du territoire : l’Institut Image des Arts et Métiers et Nicéphore Cité, pôle d’ingénierie numérique image et son, afin de diffuser les technologies du numérique vers l’industrie Chalonnaise et ses entreprises.

C’est dans ce cadre que nous avons eu le privilège de mener une première phase de « concertation » auprès de l’Administration, des élus locaux, des PME ou des plus grandes entreprises (Orange, ENGI, La Poste, notamment). À la recherche d’un « futur souhaitable », nous réfléchissons au côté de l’ensemble des parties prenantes, aux nouveaux modes de gouvernance, au modèle économique, ainsi qu’au positionnement, aux collaborations et au déploiement extérieur de cette future Cité — en gardant l’objectif d’autofinancement fixé à 25 % d’ici 2025.

Imprimer

Catégories > Actus du CMS

Tags >