9 novembre 2017

Exposition – Sismographie des luttes : l’image des revues dans le monde

Prolongeant le colloque, cette installation vidéo projette une généalogique des revues dans le monde. Sismographie des luttes - L'image des revues dans le monde de la fin du 18e siècle à nos jours, présente dans une juste articulation avec les contextes historiques et territoriaux, les revues, leurs couvertures, mais aussi des contenus historiques, textes manifestes, portraits… Elle est accompagnée d'une composition musicale originale.

La revue culturelle est un objet essentiellement moderne. Elle est le lieu de l’expérience scripturale et graphique, mais c’est avant tout un support critique, visuel et littéraire qui fait constamment irruption dans l’accompagnement des luttes que les femmes et les hommes ont mené dans le monde pour leur émancipation.

En ce sens et en raison du recouvrement mondial qu’a été le colonialisme moderne, l’on peut dire que la revue culturelle est par essence, par son hybridité, sa mobilité et son existence précaire, souvent née dans l’urgence et la nécessité, un pur objet de l’expérience coloniale : et ce faisant un laboratoire de la modernité. C’est à l’intérieur de ces espaces contraints et divisés, qu’émerge la revue telle qu’on l’entend : un espace critique et politique en quête d’autonomie. L’histoire des revues et leurs contenus ne cesse de rendre compte de ce long continuum.

La doyenne des revues culturelles de langue française serait peut-être née à Haïti,  à Port au Prince,  l’Abeille Haytienne en date du 7 juillet 1817.  La revue  ne cesse de dire une ambition d’indépendance contrariée parce-que faite à la fois nécessairement de voix singulières, d’auteurs volontaires, tentés par des perspectives politiques et culturelles renouvelées.

L’exposition ne  prétend pas à l’exhaustivité mais témoigne qu’une recherche collective, multilingue et décentrée, telle qu’elle a été menée à l’INHA, conforte une histoire globale de l’art. Elle permet de réévaluer et surtout faire exister la vie intellectuelle politique, artistique et critique qui s’est exercée au cœur des empires coloniaux.

Comité d’organisation

Commissariat

  • Zahia Rahmani (INHA)

Assistantes de l’exposition et chargées de la recherche

  • Florence-Duchemin Pelletier (INHA)
  • Aline Pighin (INHA)

Graphiste

  • Thierry Crombet – RelativDesign

Composition musicale originale

  • Jean-Jacques Palix

__

Informations pratiques

Du 9 novembre au 22 décembre – 14H30-19H30
du mardi au samedi

Galerie Colbert, salle Roberto Longhi
Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs
75002 Paris

entrée libre

Imprimer

Catégories > Agenda

Tags >